top of page

Mariette LYDIS

Portrait de femme argentine. Mine de plomb sur papier beige. Signé, daté au crayon 1955 en bas à gauche.

36,5 x 27 cm . Collection de Madame R.

Enchères /Auction 23/03/24



Mariette LYDIS (Vienne 1887-Buenos Aires 1970) est une artiste peintre et une illustratrice autrichienne qui a connu le succès à Paris, dans les années 1930, à Montparnasse, puis en Argentine où elle s'expatrie en 1940.

En 1918 , mariée selon le rite Orthodoxe à Jean Lydis, ou elle vit à Castella au Pirée, le couple se sépare en 1925.

Elle vit ensuite près de Florence Villa Ruspoli , San Domenico di Fiesole en Italie.

En 1925, elle fait la connaissance de Massimo Bontempelli avec qui elle voyage à Paris.

De 1926 à 1939 , elle s'installe en France et alors expose et devient membre du Salon d'Automne présidé par Frantz Jourdain.

Elle participe aux expositions de groupe organisées par la Société des Femmes Artistes Modernes (FAM), créée en 1931 par Marie-Anne Camax-Zoegger. Elle est présente sur la liste des artistes de l'exposition de 1935 à la Galerie Bernheim-Jeune.

En 1928, elle se lie au comte Giuseppe Govone, éditeur d'art et, l'épouse le 1er août 1934. Pour lui elle illustre les livres de beaucoup d'auteurs et entretient une grande amitié avec Henry de Montherlant qui se matérialise par l'édition en 1938 d'une première monographie préfacée par l'auteur des Jeunes Filles.

À partir de 1926 et jusqu'en 1940, Mariette Lydis entretient des relations amicales avec sa compatriote autrichienne, traductrice en allemand des romans de Colette, Erna Redtenbacher. Elle réalise quatre portraits d'elle entre 1927 et 1934.

Après l'Anschluss, par les nouvelles reçues de ses amies, sous la crainte de l'invasion allemande, elle part pour l'Angleterre avec son amie éditrice Erica Marx.

En juillet 1940 , elle part seule pour Buenos-Aires.

En 1944, après une monographie , elle publie une sélection de peintures et dessins récents dans Mariette Lydis (Paris: Nouvelles Editions Françaises, 1949), avec une préface de Henry de Montherlant.

En 1969 , une donation au musée de Buenos Aires (Museo Eduardo Sivori) lui assure la postérité comme artiste argentine.

Décédée le 26 avril 1970, elle repose au cimetière du quartier de la Recoleta à Buenos Aires.




Comments


bottom of page